Sadhus : les ermites cosmiques

Les sadhus sont des ermites que l’on croise un peu partout en Inde dans les villes, les villages, aux abords des sites hindouistes sacrés, etc. Ces ascètes qui se comptent aujourd’hui par millions coupent tous leurs liens sociaux, renoncent à leur famille, et au confort matériel pour se consacrer entièrement à leur quête spirituelle qui consiste à rechercher l’« Illumination ».

Le renoncement

blog-inde-sri-lanka-sadhu

Les sadhus transportent avec eux tout ce qu’ils possèdent, c'est à dire généralement un bol, un bâton, une couverture, et parfois de gros colliers. Seuls ou en petits groupes, ils errent sur les lieux de pèlerinage en vivant des dons de la population. La couleur safran, jaune ou blanche de leur tunique (appelée longhi) ainsi que le motif et la forme de la marque qu’ils arborent sur le front symbolisent leur appartenance aux courants shivaïsme ou vishnouisme. Ce sont des hommes et plus rarement des femmes (appelées sadvhis) qui font vœu de pauvreté, de célibat et parfois même de silence.
Ils pratiquent le yoga et toutes sortes de rituels, méditent, et récitent les mantras. Lorsqu’ils attirent des disciples, ils peuvent être reconnus comme gourous. Certains sont craints pour leurs pouvoirs occultes et leurs pratiques étranges, mais d’autres se voient sollicités pour leurs bénédictions et leurs enseignements.

Les pères nus

Les cheveux des shivaïtes peuvent être infiniment longs, comme ceux de Shiva.
Les cheveux des shivaïtes peuvent être infiniment longs, comme ceux de Shiva.

Les sectes shivaïtes de sadhus sont particulièrement importantes. L’une des plus anciennes et connues est celle des naga baba (père nu). Complètement nus, ces disciples de Shiva ne se coupent plus les cheveux, ne se rasent plus, et s’enduisent le corps de cendres des lieux de crémation ou du feu sacré qui brûle jour et nuit toute l’année en l’honneur de Shiva. Ils portent souvent des armes comme un trident et pratiquent notamment la mortification du pénis en lui attachant des poids très lourds pour le désexualiser…

 

Un sadhu à Varanasi, ville sacrée de l'Inde
Un sadhu à Varanasi, ville sacrée de l'Inde

La motivation pour devenir sadhu n’est pas toujours d’ordre spirituel. Nombre d’entre eux échappent ainsi à leur caste, à une vie misérable, ou pour certaines femmes par exemple, à la honte du veuvage. Certains filous se déguisent même en sadhus dans le but de faire l’aumône auprès des touristes en se laissant photographier. De ce fait, il peut exister de grandes disparités entre ces ascètes. Ils n’en demeurent pas moins d’une importance fondamentale pour les hindous à qui ils rappellent l’importance de la spiritualité et l’illusion du monde matériel.

© photo principale : Jérôme Cartegini © photos article : Jérôme Cartegini, Luca Galuzzi, Sukanto Debnath