Chhatrapati Shivaji Terminus

Véritable chef-d’œuvre mêlant architecture néogothique victorienne et traditionnelle indienne, la majestueuse gare Chhatrapati Shivaji constitue sans doute l’un des monuments qui symbolisent le plus Bombay. Inauguré en 1887, ce lieu bouillonnant de vie est la colonne vertébrale de la mégapole par laquelle transitent chaque jour des millions de voyageurs.

Palais pour trains !

Construite de 1878 à 1888, la gare qui s’appelait jusqu’en 1996 Victoria Terminus arbore le style gothique propre à Bombay. En s’inspirant tout à la fois de l’architecture de la fin du Moyen-Âge italien et de celle des palais indiens traditionnels, l’architecte britannique Frederic Williams Stevens a réussi à créer un monument absolument unique. Avec ses dômes de pierre décentrés, ses arcs brisés, ses tourelles, ses gargotes, et ses sculptures majestueuses, dont le colossal lion britannique, Chhatrapati Shivaji en impose.

On ne peut pas en dire autant de l’intérieur de la gare… Le parterre de marbre, les colonnes de granit, ou encore les boiseries finement sculptées qui lui donnaient jadis des allures de palais indien ont quasiment disparu au profit d’éléments modernes placés n’importe comment.

En 2009, le magazine américain Newsweek a classé Chhatrapati Shivaji troisième plus belle gare du monde.

La gare la plus fréquentée de l'Inde

Inscrite à l’Unesco depuis 2004, la gare Chhatrapati Shivaji est de loin la plus fréquentée du pays avec plus de trois millions de voyageurs par jour.

C’est d’ailleurs ici qu’il faut venir entre 10 h et 12 h pour observer les va-et-vient des dabbawallahs, qui livrent des déjeuners chauds aux travailleurs de Bombay depuis plus d’un siècle.

De jour comme de nuit, des trains arrivent et partent dans la banlieue de la mégapole et des quatre coins du sous-continent. Autant dire que le chaos et le bain de foule sont quasiment permanents à l’intérieur comme à l’extérieur de la gare.

L’activité dans la gare est permanente, y compris en pleine nuit. Des trains longues distances bondés de voyageurs arrivent de tout le pays, et le transport de fret bât son plein.

Mini-guide de survie à l'usage du voyageur

Même si l’on est habituée aux gares surfréquentées de l’Occident, ce n’est rien en comparaison de Chhatrapati Shivaji.

Acheter son billet

Encore plus que dans n’importe quelle gare indienne, il faut batailler et jouer des coudes au guichet pour pouvoir acheter un ticket. Encore faut-il savoir se faire comprendre du guichetier pour lui dire où l’on souhaite aller.

C’est la raison pour laquelle toutes les gares indiennes disposent depuis quelques années d’un bureau spécial réservé à l’accueil des touristes étrangers. Mais depuis l’attentat de 2008, certaines zones de la gare ne sont plus accessibles sans ticket, notamment celle où se trouve le fameux guichet pour les touristes… Qui a dit casse-tête indien ? À noter également qu’il est en principe interdit de prendre des photos à l’intérieur du bâtiment.

Trouver la quiétude

Lorsque vous arrivez de Goa ou du Kerala par exemple à 3 ou 4 heures du matin, il n’y a pas grand d’autre à faire qu’attendre le lever du jour pour pouvoir prendre un taxi ou les transports en commun. Si vous avez un, ticket de train en seconde ou première classe, vous avez la possibilité d’accéder à des salles d’attente plus ou moins confortables, propres et bondées. Certaines sont réservées aux femmes, d’autres aux hommes, tandis que certaines sont mixtes. Une gare décidément pas comme les autres et un lieu incontournable de Bombay.

 

 © photo principale : Jérôme Cartegini