Rituels hindous

Dans l’État de l’Uttar Pradesh, en lisière du fleuve sacré du Gange, Varanasi, auparavant appelée Bénarès, est l’une des plus anciennes villes du monde. Considérée comme LA ville sainte de l’hindouisme, elle attire chaque jour des milliers de pèlerins des quatre coins de l’Inde venus méditer, prier, et aussi mourir. Dédiée à Shiva, elle cristallise toute la ferveur religieuse indienne.

Dans les cheveux de Shiva

Au cœur de l’hindouisme, Varanasi est la ville de tous les excès religieux. Depuis plus de 3500 ans, une marée humaine défile du matin au soir sur les ghats . Dès l’aube, les habitants de la ville et des pèlerins de tous horizons viennent faire leurs ablutions dans les eaux sacrées (mais néanmoins extrêmement sales !) du fleuve, mais aussi prier, méditer, faire du yoga...

Pour les hindous, le Gange qui symbolise les cheveux de Shiva, possède un pouvoir de purification permettant de laver tous les péchés accumulés au cours de leurs précédentes vies, rien de moins ! On peut y voir également des enfants se baigner, des hommes laver leur buffle, ou encore des femmes faire leur lessive avant d’étendre leur linge au soleil sur les escaliers.

 

Les ghâts de Varanasi au bord du Gange
Les ghats de Varanasi au bord du Gange

La porte du Nirvana

Un autre rituel beaucoup plus marquant est celui des crémations qui se déroulent sans discontinuer 24h/24 et 7j/7 sur les ghats crématoires de Varanasi. Il faut savoir que pour tout hindou, être incinéré dans la ville sacrée permet de rompre le cycle sans fin des réincarnations et d’atteindre directement le nirvana (le but ultime). Enveloppées dans un linceul et recouvertes de fleurs, les dépouilles sont purifiées une dernière fois dans les eaux du fleuve avant d’être déposées sur les bûchers. Leurs cendres sont ensuite dispersées dans le Gange.

 

Selon les croyances hindoues, le feu sacré a été allumé par Shiva il y a des milliers d'années et ne sait depuis jamais arrêté
Le feu sacré aurait été allumé par Shiva il y a des milliers d'années et ne se serait depuis jamais éteint.

 

Durant ces offices, les visages sont graves, mais personne ne pleure, car selon les croyances hindoues, cela retient l’âme du défunt. Ces cérémonies peuvent choquer les âmes sensibles. À cause de la pénurie de bois dans la région, les bûchers, en particulier ceux des plus pauvres, ne sont pas toujours suffisamment alimentés pour consumer l’intégralité des corps. Dans ce cas, les parties restantes du corps sont rejetées dans le Gange. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il n’y pas vraiment d’odeurs, celle-ci serait camouflée par celle du bois de santal qui est le plus souvent utilisé.

Toute la cérémonie est codifiée : les hommes de la famille du défunt (les femmes qui risqueraient de pleurer ne sont pas autorisées à assister aux crémations) se font raser le crâne hormis un petit épi de cheveux. Après avoir installé le corps sur le bucher funéraire, ils tournent autour de ce dernier, puis le fils aîné fracasse le crâne du défunt à l’aide d’une machette pour libérer son âme. Des scènes vraiment impressionnantes qui se répètent sans cesse depuis des millénaires…

 

Il est interdit de prendre des photos des crémations sauf avec autorisation depuis l'autre rive du Gange
Seules sont permises les photos des crémations prises avec autorisation et depuis l'autre rive du Gange.

 

Des rituels immuables

Sur le fleuve, d’autres offices ont lieu en permanence sur des barques parfois si bondées que l’on se demande comment elles ne coulent pas ! Cette fois-ci, il s’agit de personnes considérées comme déjà sauvées : les sadhus , les femmes enceintes, les victimes de morsures de cobra, et les enfants. Leur dépouille n’a pas besoin d’être brûlée pour atteindre le salut. Leur corps se voit alors lesté à l’aide de parpaings, puis immergé dans le fleuve. Il n’est pas rare que des cadavres remontent à la surface et flottent sur les eaux du fleuve.

Partout ailleurs, ce type de scène serait particulièrement choquant, mais ici cela fait partie du quotidien. Bien que la mort soit omniprésente à Varanasi, c’est une ville paradoxalement pleine de vie où s’entremêlent tous les contrastes de l’Inde. Les beautés les plus éblouissantes se confrontent aux pires vilenies, la richesse la plus étincelante à la pauvreté extrême, les essences les plus subtiles aux odeurs répugnantes…

Certaines personnes sont dispensées de la purification par le feu sont immergées dans les eaux sacrées du Gange
Certaines personnes dispensées de la purification par le feu sont immergées dans les eaux sacrées

La déesse du Gange

Tous les jours à la tombée de la nuit est organisée sur le ghat principal Dasaswamedh une cérémonie religieuse appelée Ganga Aarti. Face au fleuve, un groupe de brahmanes habillés de longues tenues couleur safran célèbrent la déesse du fleuve Ganga, l’épouse de Shiva.

 

Magnifique cérémonie religieuse à la gloire de la déesse du fleuve Ganga
Magnifique cérémonie religieuse à la gloire de la déesse du fleuve Ganga

 

Réunis sur une scène face au fleuve, les brahmanes réalisent des rites parfaitement chorégraphiés au rythme d’une musique traditionnelle et d’une conque. En l’honneur de la déesse du fleuve, ils accomplissent une série de mouvements à l’aide de bougeoirs, de bâtons d’encens ou encore d’éventails pour répandre la lumière et la fumée purificatrice sur les fidèles.

 

Des brahmans répandent la lumière et la fumée purificatrice sur les fidèles
Des brahmanes répandent la lumière et la fumée purificatrice sur les fidèles

 

L’atmosphère exaltante qui se dégage de ces offices est impressionnante. Dans un profond recueillement, les fidèles s’amassent tout autour de la scène sur le ghat, y compris sur l’eau dans des bateaux face à la scène. Dans un éternel recommencement, tous ces rites seront à nouveau exécutés le lendemain avec toujours la même ferveur… Voici une petite vidéo que nous avions tournée de cette cérémonie.

 

 

© photo principale : Jérôme Cartegini © photos et vidéo article : Jérôme Cartegini, Tevaprapas Makklay, et Dennis Jarvis
  • Sophie

    Une ville dure et belle en même temps, l inde dans toute sa splendeur et que de souvenirs!